L’achat de notre maison


Lifestyle / samedi, avril 17th, 2021

J’étais naïve. Comme n’importe quelle petite fille, j’avais en tête ma maison de rêve depuis plusieurs années: spacieuse, lumineuse, au goût du jour, bien située, etc. C’est quand on magasine réellement une maison qu’on réalise que tout ne nous vient pas aussi facilement sur un plateau d’argent. C’est beau de rêver, mais la réalité nous rattrape toujours assez vite. Le processus d’achat d’une première maison c’est long, stressant, démotivant, rempli de compromis en n’épargnant personne, mais surtout pas ceux qui décide de se lancer tête première dans le marché immobilier d’une pandémie mondiale. La meilleure idée, surtout que le moral est tellement là actuellement pour affronter ça! (Voyez mon sarcasme ici svp.)

Le nombre de refresh que j’ai fait sur Centris et Duproprio, vous n’avez pas idée. Trop petite, trop loin, trop chère, trop vieille, trop de rénovations à faire, juste trop. Et trop c’est comme pas assez. Pas assez grande, pas assez proche, pas assez toute. Les recherches semblaient sans fin. En tout, on a visité plus d’une quinzaine de maisons en 4 mois environ. C’est toujours super cute en photos, mais souvent ce n’est pas du tout le reflet de la réalité. Comme quand tu peux sentir la litière de chat au travers ton masque ou que le nombre d’animaux dans la maison dépasse sa capacité maximale. Bon, on a visité des maisons qui nous intéressaient mais en un claquement de doigts, il y avait des offres. Pas une, mais 10. On s’est plusieurs fois posé la question: est-ce qu’on s’essaie? Mais dans ma tête, je n’avais pas envie “d’essayer”, j’avais envie de réussir!

On a donc gardé toute notre énergie pour la bonne. Celle qui est arrivée au pire moment, soit la même journée de mon breakdown, ma crise de panique, mon congé maladie. Mon petit corps me faisait comprendre que c’était beaucoup pour lui. Je l’ai écouté, j’ai fermé la page Centris et j’ai presque qu’oublié MA maison. Mon chum m’en a reparlé plus tard en soirée, je lui ai dit ok pour la visiter un peu à contrecœur parce que j’étais tannée. Tannée de me donner corps et âme dans une recherche qui ne menait nulle part. Le vendredi suivant, on a visité 2 maisons aux deux extrémités de la ville. Une maison récente, mais sans personnalité dans un coin qui m’intéressait plus ou moins et un jumelé dont je vous ai glissé un mot plus tôt, je pourrais le baptiser L’animalerie. Je vous le dis, j’étais complètement découragée, je ne voyais pas le bout.

Le lendemain, c’était le grand jour. On avait un bon feeling qu’on visitait notre futur chez nous. C’est le moment où mes up and down ont commencé quand je pensais qu’ils étaient finis. Super satisfait, on ressort de cette visite super excité. Go, on fait notre première offre. Je vous le jure, le pire dans tout ce processus, c’est l’attente. 1, 2, 3.. 7 offres sur la maison. Le stress monte. Sous les bons conseils de @flomarcotte, j’avais écrit une lettre de présentation où j’expliquais à quel point cette maison était importante pour nous. J’y avais inclus une photo de nous super fringant à Londres! J’avais vraiment espoir que ça puisse pencher dans la balance. On a tout donné dans cette offre sans pour autant dépasser le budget qu’on serait établi à la base. Il suffisait maintenant d’attendre. 

Finalement, quelques jours plus tard, on a enfin eu la réponse des vendeurs: accepté! Dans ma tête et encore une fois très naïve, c’était fini. Voilà, la maison était à nous! Non, non, non. Le décompte est commencé, on a maintenant 2 semaines pour finaliser toute la paperasse qui entoure l’achat d’une maison. Les 2 semaines les plus stressantes de ma vie d’adulte. Avoir à jongler avec plusieurs choses qui m’étaient complètement inconnues il y a un mois. Trouver et réserver notre inspecteur pour l’inspection de la maison, faire un test d’eau et l’amener au laboratoire (puisque la maison a un puit artésien), regrouper tous les papiers nécessaires pour la demande d’hypothèque, choisir notre institution financière, faire évaluer la maison par un évaluateur et j’en passe. On a dû demander 2 délais supplémentaires et à chaque fois mon cœur s’arrêtait aux risques de nous faire dire non. Après un bon mois de travail acharné en essayant de respirer une fois de temps en temps, on a enfin eu la confirmation que tout était ok, on avait ENFIN la maison!

Je me relis et c’est quand même plus cute par écrit parce qu’en réalité c’est plusieurs nuits d’insomnie, des chicanes de couple, des remises en question, du stress, énormément de stress. Le feeling que j’ai en ce moment en vaut vraiment la peine par contre. Sachant ce qui m’attend, je ne sais pas si je recommencerais ce processus ultra éprouvant, mais je suis tellement fière de ce qu’on a aujourd’hui; notre petit havre de paix. Une petite maison de campagne rénovée qu’on n’a qu’à mettre à notre goût avec un énorme terrain et une vue magnifique sur les montagnes. J’ai vraiment hâte de vous la présenter! Notre prise de possession est le 1er juillet et l’attente est encore une fois insoutenable.

Je tiens à finir cet article en vous donnant mes conseils de fille débutante qui vient de choisir le pire moment pour s’acheter sa première maison. D’abord et avant tout, bien s’entourer de professionnels. Nous avions une courtière immobilière et un courtier hypothécaire et honnêtement, je ne vois pas comment on aurait pu survivre à tout ça sans eux. Leur aide nous a été très précieuse et sans leur expertise, on n’aurait probablement pas de maison aujourd’hui. Deuxièmement, n’ayez pas peur de visiter, visiter et visiter. Je sais que parfois on n’a l’impression de perdre notre temps, mais c’est en voyant plusieurs maisons qu’on finit par établir nos priorités et les compromis qu’on est prêt à faire. Ce qui m’amène à mon dernier point: établir une liste de priorité à deux (si vous achetez la maison à deux comme nous). Parfois, les priorités de l’un ne sont pas celles de l’autre et c’est important de se respecter pour faire un choix éclairé. Au final, tout le monde est content! Et je vous confirme que vous avez ici 2 êtres comblés et surtout, très très impatients. Merci de nous suivre dans cette étape importante de notre vie d’adulte!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *