Ma relation avec l’alimentation


Lifestyle / dimanche, janvier 5th, 2020

Bon, c’est le moment que je te parle de mes troubles digestifs. Magnifique idée, tu me diras! Je pense que je ne suis pas la seule à vivre avec une digestion bien particulière et j’imagine que je peux aider quelques personnes avec mon histoire. Tout a commencé en 2015, avant ça, j’étais une vraie gloutonne. J’avais la chance d’avoir une génétique de feu, Dieu merci. Des sacs de chips, des grands verres de Pepsi et des ramens, une alimentation on point mettons. J’ai des doutes que mon corps m’a donné un avertissement à ce moment-là, il y a 5 ans. Évidemment, je venais tout juste de sortir de l’université, des multiples soupers/soirées/nuits au pub universitaire et des pâtes aux tomates à 3h du matin. J’entrais sur le marché du travail, un moment quand même assez stressant dans la vie d’une jeune adulte. Je te confirme que ce ne fut pas un beau mélange. Tous ces magnifiques symptômes ont commencé à apparaître: maux de ventre, ballonnements, crampes et je t’en épargne quelques-uns. J’en suis venu à ne plus savoir quoi manger et donc à ne presque plus rien manger. C’était l’équation que j’avais faite dans ma tête, si je mange moins, je vais feeler mieux. Évidemment, ce n’était pas la meilleure des décisions.

J’ai commencé à perdre du poids sans nécessairement m’en rendre trop compte sur le coup. C’est sur la balance de ma médecin de famille que j’ai réalisé que j’avais perdu 10 livres en 2 mois. Ça peut sembler peu, mais pour une jeune fille qui fait difficilement 120 livres, c’est beaucoup. Assez pour qu’on commence à voir mes os et que ça ne soit pas beau beau. Je pense que ma médecin a paniqué et c’est pour cette raison qu’elle m’a prescrit une côlonoscopie. Tape ça sur Google, je ne te donnerais pas plus de détails. J’ai eu la chance d’être endormie et de ne me souvenir de rien, une bonne chose. Heureusement, tout était bien beau là-dedans. On m’a prescrit quelques pilules et bye-bye. C’est là que je me suis dit que je devais réapprendre à manger et surtout à me connaître et analyser ce que je ne digérais pas. Ce fut évidemment beaucoup d’essais et erreurs. Quelques rendez-vous avec une nutritionniste et d’autres avec un gastro-entérologue pour finalement me diagnostiquer un côlon irritable. Rien de bien satisfaisant dans ce diagnostic, mais au moins rien de bien grave non plus. Après 5 ans, je peux maintenant dire que je me connais mieux, que je mange mieux et que j’ai appris à vivre avec cette faiblesse. Oui, c’est moi la tannante qui demande toujours à la serveuse les ingrédients de chaque plat du menu et oui, j’ai dû éviter les restaurants pendant un bon moment. Oui, c’est plus difficile lorsque je voyage et que je sors de mes habitudes alimentaires. Oui, je cuisine beaucoup, j’ai presque toujours mon lunch et je fais attention de ne pas faire d’excès. Si on m’offre du dessert, je vais dire non et mon cœur se brise toujours un peu moins à chaque fois. Pour faire court, jusqu’à maintenant, je sais que je dois toujours manger sans lactose, que je ne dois pas manger beaucoup de légumes crus et de plats épicés. Que je ne peux pas boire beaucoup de boissons gazéifiées, etc. Pis, tu sais quoi? Maintenant, je m’en fou. Je suis zen avec ça. J’ai appris à me connaître durant ces années. J’ai appris à bien manger, en tout cas du mieux que je peux. J’ai aussi appris à cuisiner! Parce que oui, je cuisine maintenant autre chose que des pâtes mesdames et messieurs. Merci à mon amoureux d’être un grand chef également! Je pense sincèrement que j’ai fait beaucoup de chemin, mais malheureusement, j’ai encore des épisodes pas le fun et ça va sûrement me suivre toute ma vie.

Pourquoi je te parle de ça aujourd’hui? Parce qu’on est samedi soir en ce moment et que je m’étais dit que je passerais une soirée relaxe à écrire pour mon blogue. Je me suis plutôt retrouvé en boule sur mon lit avec des maux de ventre insoutenables. Parce que c’est ça la vraie vie, des bouts moins le fun. Je me suis dit pourquoi pas écrire là-dessus et peut-être même discuter avec d’autres personnes qui ont vécu la même chose que moi. Tu comprendras que la photo de mon article est à titre indicatif. J’aurais pu mettre une photo un peu moins flatteuse, mais pour l’esthétique de la chose, je ne l’ai pas fait. Je pense que la morale dans tout ça, c’est de s’écouter, d’écouter son corps. Ce que je n’ai pas fait au début et que je regrette aujourd’hui. Rassure-toi, j’ai regagné mon poids santé aujourd’hui et j’ai surtout retrouvé la santé! Cheers!

photo : daphneepageau.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *